English   Español   Français  


Pour recevoir ce bulletin avec regularité, merci d’envoyer un e-mail avec le sujet "Subscribe"


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVI, No. 6 4 avril 2012

    A la Curie

     

    Une aide pour les Jésuites en Syrie. La situation en Syrie, et particulièrement à Homs, demeure très difficile. Nos Pères de Homs se trouvent en ville et ils s'emploient à apporter un soutien humanitaire aux familles en difficulté à cause des violences.  Par la suite, il sera aussi nécessaire de réparer notre maison frappée par des bombes ces derniers temps. Le Père Assouad, Provincial, écrit : « pour l'instant, il me paraît plus nécessaire et urgent de soutenir les familles qui souffrent de la situation actuelle dans le pays: les déplacés surtout, les familles qui n'ont plus de quoi survivre, celles qui ont besoin de soins et de médicaments ». Les communautés et œuvres, ainsi que toute personne qui souhaiterait soutenir cette action, peuvent envoyer leurs dons financiers à l'Economat Général de la Curie à Rome (Province du Proche-Orient) avec la mention: « Province du Proche-Orient : pour l'aide humanitaire en Syrie ».

     

    La chapelle domestique de la Curie rénovée, au troisième étage, a été inaugurée officiellement le 28 mars. Une grande mosaïque sur le mur du fond représente l'Annonciation, œuvre du Père Marko Ivan Rupnik et de son équipe. Les vitraux aussi ont été restaurés. Les travaux ont été réalisés grâce à la contribution des bienfaiteurs destinée à cette fin précise.

     

    Réunion du Conseil Général avec le CVX. Le Père Général et son Conseil ont rencontré quelques membres du Conseil exécutif de la Communauté de Vie Chrétienne (CVX), le mardi 27 mars 2012. Le but de cette rencontre était d'explorer comment ces deux corps ignatiens dans l'Église pourraient continuer leur étroite collaboration. Les membres de CVX ont exprimé leur gratitude à la Compagnie de Jésus pour son assistance constante. Ils ont donné une vue d'ensemble de CVX comme Corps Apostolique laïc basé sur trois piliers : spiritualité, communauté et mission. En outre, ils ont expliqué clairement où étaient les différentes dimensions de mission comme vécues par des laïcs : vie quotidienne, engagement apostolique et responsabilité dans des œuvres institutionnelles. Le caractère spécifique laïc de CVX permet à ses membres de porter le charisme ignatien dans toutes les domaines de la vie. Le programme de formation de CVX a été présenté comme un modèle possible de formation pour d'autres groupes laïcs. Une mention a été finalement faite pour un important Jubilé en 2013, à savoir : la célébration de 450 ans des communautés ignatiennes laïques. Ce jubilé est une merveilleuse opportunité pour la collaboration apostolique et pour réfléchir sur la vocation laïque pour notre temps. Le Père Général et les membres du Conseil général ont exprimé leur satisfaction pour CVX ont fait des suggestions pour son développement futur.

     

    Bureau pour le développement des ressources. La première réunion du Comité consultatif du Bureau pour le développement des ressources de la Compagnie (ATDR) est  prévue pour les 10-13 avril prochains, à la Curie généralice.  Le but de cette première rencontre est d'examiner les indicateurs des résultats des projets pilotes (Flagship Projects). Ces données serviront à évaluer l'action des bureaux pour le développement engagés dans le programme et à mesurer quantitativement leur travail. Le comité comprend Jenny Cafiso (Canada), Edwina MacArthur (Australie), Jack Paquette (USA), et Ignacio Eguizabal et le Père Lluis Magrinà (Espagne). Le 11 avril, le Père Général recevra les membres du comité et s'entretiendra avec eux au cours du déjeuner. Le 12, ils célébreront l'Eucharistie dans les « Camerette » de Saint Ignace au Gesù.

     


    Nominations

     

    Le Père Général a nommé :

     

    - Le Père Johan Verschueren Provincial de Belgique Septentrionale et des Pays-Bas. Le Père Johan, jusqu'ici directeur du XaveriusCollege d'Anvers, est né en 1960, est entré dans la Compagnie en 1985 et a été ordonné prêtre en 1995.

     

    - Le Père Jose Vadassery  Provincial de Patna (Inde). Le Père Jose, jusqu'ici directeur adjoint de Seva Sadan de Ratanpurwa, est né en 1951, est entré dans la Compagnie en 1970 et a été ordonné prêtre en 1985.  

     


    Dans les Provinces

     

    AMERIQUE LATINE : Bicentenaire de l'indépendance

    La célébration de leur indépendance par plusieurs pays latino-américains entre 2010 et 2013 a offert à six universités de la Compagnie l'occasion d'une réflexion sur le passé et sur leur action. Cette réflexion s'est concrétisée dans une monographie, Bicentenarios de Independencia en América Latina : construir el presente y el futuro, qui a été présentée en février dernier à l'Université Pontificale de Comillas à Madrid. 200 ans d'histoire américaine sont, il est vrai, un espace de temps suffisant pour évaluer les succès et les échecs dans le développement des sociétés latino-américaines et identifier les défis qui demeurent pour l'édification de sociétés plus inclusives. Apprendre des erreurs et des réussites du passé en recueillant le meilleur de chaque pays signifie mettre la connaissance au service de la communauté latino-américaine, en cherchant à former un projet intégrateur du point de vue du développement social.  C'est l'objectif de la monographie, fruit de l'engagement d'enseignants et de chercheurs de six Universités de la Compagnie - l'Université Ibéro-américaine de Mexico, l'Université Pontificale Javeriana de Bogotà, l'Université Alberto Hurtado de Santiago du Chili, l'Université catholique de Cordoba, l'Université catholique de l'Uruguay et l'Université Pontificale de Comillas à Madrid - et de la Fondation pour l'élimination de la pauvreté du Chili. L'ouvrage examine cinq thèmes principaux en lien avec le Bicentenaire de l'indépendance :  une réflexion sur la construction des identités collectives nationales ; la participation démocratique et les libertés publiques ; le développement économique et social et les politiques qui l'assurent ; la décentralisation politique et ses répercussions sur les politiques sociales ; une analyse du phénomène migratoire et de son influence, en rapport avec le développement.

     

    ANGLETERRE : Un film sur Monseigneur Romero

    A l'occasion de l'anniversaire de l'assassinat de Monseigneur Romero, le Lauriston Jesuit Centre d'Edimbourg a présenté un nouveau film sur lui. Le film, Monsenor : the last journey of Oscar Romero, a été introduit par Julian Filochowski, directeur du « Romero Trust ». C'est un documentaire de 87 minutes sur l'archevêque de San Salvador, assassiné le 24 mars 1980 pendant qu'il célébrait la messe. L'attentat a eu lieu le lendemain du jour où, dans sa prédication, il avait invité les soldats salvadoriens à obéir, comme chrétiens, aux ordres de Dieu, et à cesser de prendre part à la répression gouvernementale et à la violation des droits humains. On pense que les assassins de Romero furent des membres de l'escadron de la mort commandé par l'ancien Major Roberto D'Aubuisson. Julian Filochowski, qui connaissait personnellement Mgr Romero, dit que le but du film a été de faire raconter son histoire, dans la mesure du possible, par Oscar Romero lui-même, à travers ses propres paroles. « Il y a, dit Julian, des entretiens magnifiques avec des prêtres et des militants laïcs, des avocats des droits humains, des hommes politiques et d'anciens guérilleros, des gens qui ont travaillé en lien étroit avec lui et d'autres, simplement inspirés par son courage et son engagement personnel et évangélique ». Pour en savoir plus, voir www.lauriston.org.uk  

     

    FRANCE : Les jésuites en six « clics »

    Le site des jésuites français a réussi à définir en six clics ce que veut dire être jésuite. Six expressions sont soulignées, chacune d'elles pouvant faire l'objet d'un clic, pour éclairer les divers aspects de la vocation à la Compagnie. Les six « clics » correspondent à autant d'expressions ignatiennes traditionnelles : aller en divers lieux, selon les exigences de l'Evangile ; aider les âmes, en particulier avec les Exercices spirituels ;  les enfants et les pauvres, une priorité de l'action des jésuites ; un vrai sens de l'Eglise, qui aidera à résoudre la tension entre recevoir ses missions du Pape et travailler aux frontières de l'Eglise ; le lien de l'obéissance, unissant le large éventail des lieux et des manières de travailler  des jésuites ; amis dans le Seigneur, l'amitié nourrie par la vocation commune qui s'exprime dans le partage des repas, de la prière, de la réflexion sur les mouvements du cœur, et des tâches accomplies ensemble.  Le site est conçu pour les visiteurs intéressés à approfondir leur connaissance de  la vie des jésuites. Les textes sont en français. Cf. www.jesuites.com/2012/01/six-clics

     

    INDE : Une ancienne grammaire du sanscrit

    Toon Van Hal, professeur et chercheur belge, a retrouvé au couvent de San Silvestro, un monastère carme situé à Motecompatri, non loin de Rome, une vieille grammaire sanscrite, la Grammatica Grandonica. C'est l'œuvre d'un jésuite missionnaire en Inde il y a trois siècles, le Père Johann Ernst Hanxleden, plus connu sous le nom d'Arnos Pathiri (Père). Il s'agit d'une des plus anciennes grammaires missionnaires en sanscrit, qui était perdue depuis plus de deux siècles. Christopher Vielle, chercheur luxembourgeois qui effectue une étude sur le manuscrit de Pathiri, dit que la Grammatica Grandonica a fourni un apport significatif à Sidharubam, la première grammaire sanscrite imprimée en Europe (1790). Né à Ostercappeln, près d'Osnabrück en Basse-Saxe (Allemagne), le missionnaire jésuite est arrivé en Inde le 13 décembre 1700. Il a construit l'église de Saint François Xavier à Velur, près de Thrissur (Kerala), en 1712, et y a passé la plus grande partie de ses dernières années. Le gouvernement du Kerala a déclaré l'église et le bâtiment adjacent monuments protégés. Pathiri est connu pour sa contribution à l'intégration de la culture orientale et de la culture occidentale. Il a essayé de trouver des similitudes entre l'essence de la culture et de la littérature indiennes et celle de l'occident. Connaissant bien l'allemand, le sanscrit, le malayalam, le latin, le syriaque, le portugais et le tamoul, il a rédigé les dictionnaires malayalam-portugais et sanscrit-portugais. Il est connu comme grammairien, lexicographe et philologue.

     

    IRLANDE : Un album de photos sur le Titanic

    A l'occasion du centenaire de la tragédie du Titanic (15 avril 1012), va être republié, pour commémorer l'évènement, un remarquable album photographique sur le navire, réalisé par un jésuite. Le Père Frank Browne avait embarqué sur le Titanic à Southampton, en Angleterre, et avait reçu l'ordre de son Provincial, quelques jours plus tard, de débarquer à Cobh, dans le comté de Cork, en Irlande. Il prit de nombreuses photos pendant qu'il était à bord. Un couple américain avait payé son billet pour l'Amérique. L'ordre de son supérieur de retourner à Dublin lui sauva la vie. Des années plus tard, un autre jésuite retrouva dans le sous-sol d'une maison de la Compagnie plus de 40.000 négatifs ayant appartenu au Père Browne. Qu'y avait-il parmi ces négatifs ? la précieuse collection de photos et de souvenirs du Titanic partant pour son premier et dernier voyage. Depuis cette découverte en 1997, a été publié un livre intitulé Father Browne's Titanic Album, qui contient de nombreuses illustrations. A l'occasion du centenaire, beaucoup de ces photos ont été « numérisées » et d'autres ont été ajoutées pour la publication du livre dans une édition spéciale du centenaire.

     

    MACAO : 450 ans de présence

    Bien que le premier jésuite à passer par Macao, le 20 novembre 1555, ait été le Père Melchior Nunes Barreto, ce furent les Pères Luis Frois et Giovanni Battista Del Monte qui y arrivèrent le 24 août 1562,  l'année de la naissance de Xu Guanqgi, le disciple de Matteo Ricci en Chine. Il furent les premiers jésuites à construire une résidence à Macao et à commencer  leur apostolat en apportant leur aide à deux prêtres diocésains qui s'occupaient des 5000 habitants de Macao (dont 600 Portugais). Ils étaient arrivés avec Diogo Pereira, un marchand envoyé à la cour de Pékin comme représentant du Portugal, et ils logèrent dans un premier temps chez Guilherme Pereira, frère de Diogo et bienfaiteur de François Xavier. Ils furent ensuite accueillis par Pedro Quintero, qui leur offrit de l'argent pour la construction de la première maison de la Compagnie à Macao. Les jésuites attendirent des instructions pour le voyage à Pékin jusqu'à la fin de 1565, et reçurent alors de leur Provincial, le Père Antonio de Quadros, l'ordre d'établir une résidence permanente de la Compagnie à Macao. Ils commencèrent la construction à la fin de décembre 1565.  Le premier évêque de Macao (1568-1581) fut le jésuite portugais Melchior M. Carneiro, qui ouvrit aussi une léproserie et donna naissance à la « Sainte Maison de la Miséricorde ».  

     

    USA : Vers de nouveaux horizons

    Quelques jeunes jésuites d'Amérique du Nord ont ouvert The Jesuit Post, un nouveau blog centré sur les thèmes du jour, en particulier sur la manière dont ils se reflètent dans la culture pop. Le blog publie les méditations de jésuites américains, dont beaucoup sont engagés dans des études universitaires. Ils contribuent à la réflexion avec leur expérience passée, une touche de vivacité et leur familiarité avec la culture populaire. Ils montrent aussi un respect louable envers les jésuites plus anciens, qui sont invités à contribuer. Dans The Jesuit Post, l'intérêt manifesté par ceux qui écrivent est reflété dans les titres de quelques contributions récentes. Comme le suggèrent les thèmes traités, le blog est sérieux dans ses réflexions mais léger dans sa structure. Les auteurs ne se prennent pas trop au sérieux, mais leur recherche de Dieu est menée avec soin, dans les lieux les plus divers. Pour visiter le blog : http://www.facebook.com/TheJesuitPost

     


    Jesuitica

     

    La force de l'éducation.  Quatre anciens élèves des jésuites exercent une influence positive étonnante sur l'Union Européenne. Mario Monti a produit un tel effet comme Premier Ministre qu'il est comparé à Cincinnatus, le sauveur de la Rome antique. Tout cela grâce aussi au soutien de Mario Draghi, Président de la BCE (Banque Centrale Européenne) et d'Herman van Rompuy, Président du Conseil Européen. Entre temps, Mariano Rajoy, Premier Ministre espagnol, se sent assez fort pour défier Bruxelles sur le déficit de son budget. On pourrait difficilement imaginer un plus grand apport de l'éducation jésuite que ce dont nous sommes témoins. Malgré toutes leurs différences régionales, les écoles de la Compagnie peuvent encore former ce que Quintilien appelait vir bonus dicendi peritus : des hommes de bien qui savent bien communiquer.  Tout a commencé avec une décision pragmatique : en 1548 en Italie, les citoyens de Messine demandèrent aux jésuites de la ville d'ouvrir l'enseignement qu'ils donnaient à leurs novices aux autres enfants de la ville. Astucieusement, Ignace envoya à Messine quelques-uns de ses hommes les plus brillants pour former le staff d'une nouvelle école. L'entreprise fut un succès et les écoles jésuites se multiplièrent. C'étaient des écoles gratuites, financées par de riches mécènes ou par les communes, et elles constituaient un milieu unique, où les enfants des plombiers étaient assis auprès des descendants des ducs. En cinquante ans, leur programme était systématisé et formait la Ratio Studiorum. Pour des raisons pragmatiques, tout cela fut adapté aux circonstances de temps et de lieu, non sans avoir obtenu la précieuse bénédiction de Francis Bacon dans le Progrès des savoirs : « Pour l'éducation, consultez les écoles des jésuites. En ce moment, rien ne les surpasse ». (Irish Jesuit News).

     


    Nouveau sur SJWEB

     

    Il y a deux nouveaux podcasts sur le sjweb : le P. David Nazar SJ (Russie) parle de la transformation dans la manière d'exprimer la foi en Ukraine. Le P. Joseph Christie, SJ (Madurai) évalue des Instituts Jésuites de business et met en évidence les initiatives africaines de l'Association Internationale des Instituts Jésuites de Business (IAJBS). Cliquer sur : "Jesuit Voices".