English   Español   Français  


Pour recevoir ce bulletin avec regularité, merci d’envoyer un e-mail avec le sujet "Subscribe"


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XVII, No. 21 09 octobre 2013

    A la Curie

     

    Restructuration des Provinces. Au cours de la rencontre des présidents des Conférences des Provinciaux, organisée à Rome du 16 au 19 septembre, comme déjà annoncé dans notre Bulletin n. 18 du 3 septembre, un des thèmes  soulevés par les participants, avec le père Général, fut celui de la restructuration des Provinces de la Compagnie. Parmi tous les changements en vue, deux sont désormais décidés : La confirmation de la constitution d'une seule Province en Espagne à partir du 21 juillet 2014; et la constitution de la nouvelle Province UCS (Etats-Unis Centre- Sud), qui unira les Provinces actuelles de New Orleans et Missouri. Le nouveau Provincial de cette nouvelle Province sera le Père Ronald Mercier, de la Province du New England. P. Mercier, actuellement recteur du Bellarmine House of Studies de St. Louis, est né en 1953, il est entré à la Compagnie de Jésus en 1975 et a été ordonné prêtre en 1987.

     

    Temps Fort. En septembre, après une pause estivale, la Curie généralice a repris ses activités. Du 23 au 26 il y a eu  le fameux « Temps Fort », les journées plus intenses de réflexion, d'étude et de prière du Père Général avec ses Assistants pour examiner toutes les questions liées à la mission et à la gouvernance de la Compagnie. Cette fois-ci, pendant toute une journée, toute la communauté s'est trouvée impliquée avec une réflexion sur la reconstitution de la Compagnie en vue de son bicentenaire, l'année prochaine, à la lumière de tout ce qu'a écrit le Père Général dans sa lettre du 1° janvier 2012: « Apprendre du passé est une manière pour reconnaître notre place dans l'histoire du salut comme compagnons de Jésus ». Cette journée a été conduite par le P. Miguel Coll, professeur à la faculté d'Histoire Ecclésiastique de l'Université pontificale Grégorienne de Rome. L'ordre du jour prévoyait aussi tant d'autres thèmes: la restructuration des Provinces et Régions de la Compagnie; comment stimuler une plus grande collaboration réciproque ; la promotion des vocations et l'attention aux jésuites en formation, avec une référence particulière à la lettre du Père Général du 12 janvier 2013 pour la constitution d'un fonds réservé à la formation comme signe de solidarité entre les Provinces et Régions. En résumé, nous pouvons dire que ce « Temps Fort » a travaillé sur trois directives: revitaliser spirituellement la Compagnie et former les jésuites, discerner et réfléchir à un plus grand et meilleur service pour notre prochain.

     

    Session des "Socius" de l'Assistance d'Europe Occidentale à la Curie du 7 au 11 octobre. Chaque provincial est assisté par un « Socius », dont le rôle se définit par les tâches qui lui reviennent et par ses qualités d'écoute et de présence. Les diverses « Assistances » organisent des sessions de « Socius » à intervalles réguliers, qui permettent à ceux-ci d'échanger et de mettre à jour leurs pratiques. Quand ces sessions se déroulent à la Curie Généralice, elles donnent l'occasion de découvrir de l'intérieur la vie des services. Un seul étant empêché, huit « Socius » des provinciaux de l'Assistance et du Président de la Conférence des Provinciaux d'Europe, rejoindront Rome, venant d'Angleterre, de Belgique, du Canada, de France, d'Irlande et des Pays Bas. Les ateliers traitent de l'administration de la Curie, des procédures canoniques, de la gestion informatique des données et de l'économat. Des rencontres sont prévues avec le Service de communication, les Archives de la Compagnie et le Service Jésuite des Réfugiés (JRS). Une halte à La Storta et une autre aux « camerette » de Saint Ignace au Gesù marqueront un retour aux sources.

     


    Nominations

     

    Le Père Général a nommé:

     

    Le Père Cristian Del Campo Simonetti, Provincial de la Province du Chile (CHL). Le Père Cristian, jusqu'ici vice-supérieur de la Casa Fernando Vives et aumônier de Un Techo para Chile, est né en 1970, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1994 et a été ordonné prêtre en 2005. 

     

    - Le Père José Minaku Lukoli, Provincial de l'Afrique Centrale (ACE). Le Père José Minaku, jusqu'ici recteur du Collège Alfajiri de Bukavu (République Démocratique du Congo), est né en 1968, est entré dans la Compagnie de Jésus en 1987 et a été ordonné prêtre le 14 juillet 2002.

     

    - Par décision du Père Général, le Père Benoît Malvaux (BML) est appelé à assumer la charge de Procureur Général de la Compagnie de Jésus. Il arrivera à Rome en septembre 2014 et entrera dans ses nouvelles fonctions à une date ultérieure qui est encore à fixer et à communiquer.

     


    Dans les Provinces


    AFRICA : première remise de diplômes à des étudiants réfugiés

    Après des années de planification et d'ardent travail dans de dures conditions, le premier groupe de 48 réfugiés, parrainés par le Service Jésuite des Réfugiés (JRS) viennent de recevoir leur diplôme universitaire. Ces diplômés réfugiés ont participé au programme innovateur sur ligne pour l'obtention du Diplôme en Etudes Générales, géré par le JRS et le Jesuit Commons Higher Education at the Margins. La première cérémonie de remise des diplômes a eu lieu dans le camp de Kakum, au Kenya, au cours de laquelle 25 réfugiés ont reçu leur diplôme reconnu par l'université Regis de Denver, Colorado. Une deuxième cérémonie a eu lieu dans le camp de Dzaleka, au Malawi, au cours de laquelle 23 étudiants ont reçu leur diplôme. « C'est un moment incroyable pour ces réfugiés, leurs familles et leurs communautés. Après avoir été obligés de fuir pour chercher un endroit sûr, trouver un abri, de la nourriture et un emploi, l'idée de l'université semblait inatteignable. C'est un voyage qui va de la survie à la re-naissance, une transformation dans leurs vies de réfugiés et leurs communautés. Au milieu de conflits et d'instabilité, l'éducation offre aux réfugiés la nourriture intellectuelle leur permettant de reconstruire leurs vies. Non seulement ce programme prépare les participants au niveau professionnel, il a aussi un impact sur la communauté tout entière », a dit Peter Balleis S.J., directeur international du JRS. L'initiative jésuite, Higher Education at the Margins (Education Supérieures aux Marges) offre aux réfugiés des occasions pour enrichir leurs esprits et aider leurs communautés. Cette initiative unit l'emploi des nouvelles technologies et la philosophie jésuite de la pédagogie ignacienne, qui insiste sur l'enseignement par l'expérience, la réflexion et l'évaluation, l'action et le service.

     

    AUSTRALIE: Récompense à un journal des jésuites

    Eureka Street le journal online publié par le bureau des jésuites pour la communication, a reçu le premier prix de l'Australasian Catholic Press Association pour l'excellence continue de ses services en matière de communication religieuse. La cérémonie a eu lieu à Melbourne au mois de septembre. C'est la deuxième année de suite qu'une publication des jésuites est récompensée, après la remise du prix à la revue Australian Catholics en 2012. « Nous sommes enthousiastes du résultat,  en particulier de la reconnaissance donnée aux thèmes traités dans Eureka Street qui servent de caisse de résonnance  à nos confrères et affrontent des sujets que tant de medias catholiques sont peu enclin à traiter », a déclaré Damien Nolan, directeur exécutif pour les communications des jésuites australiens. La conférence de l'Australasian Catholic Press Association a été l'occasion pour les professionnels de la communication de discuter du rôle de la presse catholique, et de soulever certains des grands défis que doit affronter l'Eglise aujourd'hui. Le P. Andrew Hamilton, S.J., en a parlé à nos confrères durant la rencontre. Dans un éditorial sur Eureka Street, il a souligné que le pape François avait donné des indications sur la manière dont ce travail devrait être affronté: un pont vers le public plutôt qu'une barrière.

     

    BIRMANIE: Au secours des réfugiés

    C'est son expérience comme membre d'une minorité ethnique en Thaïlande qui a poussé Sanan, membre du groupe dirigeant du JRS pour l'Asie Pacifique, à se consacrer à l'aide aux refugiés et migrants birmans  ayant fui leur terre pour aller se refugier de l'autre côté de la frontière, dans la ville de Mae Sot. En tant que membre du groupe Thaï Karen, Sanan sait bien ce que signifie être un marginal : les droits d'égalité qu'il partage avec son peuple n'ont pas été respectés. « On pourrait penser qu'étant thaïlandais je jouis des mêmes droits, mais en réalité il n'en est rien. Nous avons une culture et un mode de vie différents. Et c'est la raison pour laquelle je veux aider les réfugiés et les migrants afin qu'ils soient acceptés par la majorité de la population, par les groupes qui tiennent les rênes du pouvoir ». Sanan a travaillé à Mae Sot avec le JRS (Le Service jésuite pour les Réfugiés) pendant plus de sept ans. Mais il y travaillait aussi avant avec une organisation non gouvernementale des Pays-Bas. En travaillant avec le JRS Sanan a découvert que les deux tiers des refugiés et migrants birmans vivent sans papiers, en dehors des camps pour les réfugiés, sans moyens  de survie. Aussi le JRS a-t-il commencé à offrir des aides financières d'urgence et à distribuer des vivres et des vêtements. « Peut-être que ma manière de travailler a un sens pour les réfugiés, déclare Sanan, et je préfère chercher à résoudre les problèmes de ces gens qui souffrent ». Pour plus de détails sur le travail du JRS en Asie, voir : www.jrsap.org

     

    BRESIL: Rencontre de l'Equipe Itinérante

    La zone  des trois frontières Brésil-Colombie-Pérou a été choisie par l'Equipe Itinérante pour la rencontre annuelle de ses membres et des responsables de chaque institut d'où partent les missionnaires, hommes et femmes,  qui sont en envoyés dans la région panamazonienne pour travailler aux côtés des peuples indigènes, des peuples riverains et des marginaux urbains. La rencontre a eu lieu à Tabatinga, petite ville brésilienne jouxtant celle de Letícia en Colombie et séparée de la ville péruvienne de Santa Rosa par le fleuve Amazone. Cette région est celle du diocèse de l'Alto Solimões, dont l'évêque, Mgr Alcimar Caldas Magalhães, a participé à différentes phases de la rencontre, accueillant les participants et soulignant l'importance d travail mené par les membres de l'Equipe Itinérante. En tout, la rencontre a duré une dizaine de jours, répartis en différentes sessions, dont une dernière dite « interinstitutionnelle » qui a réuni environ 40 personnes. « La présence de cinq membres de la compagnie de Jésus - a déclaré le P. Adelson A. Santos S.J., supérieur de la Région Amazonienne - est le signe concret que les jésuites souhaitent continuer à contribuer à ce travail inédit et prophétique mené par nos camarades de l'Equipe Itinérante pour qu'ils puissent continuer à grandir dans leur service et dans leur présence fraternelle auprès de ceux qui sont plus difficiles à atteindre car vivant aux frontières oubliées et marginalisées de la société ».

     

    KENYA: Contre la violence et le terrorisme

    Le samedi 21 septembre 2013, à l'heure du déjeuner, plus de dix hommes armés ont fait irruption dans le centre commercial Westgate de Nairobi. Le groupe a ouvert le feu tuant et blessant des femmes, des hommes et des enfants innocents de tout âge et toute nationalité. Le père A. E. Orobator, Provincial de la Province d'Afrique de l'Est (dont fait partie le Kenya), le 23 septembre, a diffusé un communiqué dans lequel il est dit entre autres: « Nous jésuites de la province d'Afrique de l'Est, nous condamnons avec force ces actes vils et odieux d'agresseurs qui, pensons-nous, font partie du groupe de rebelles al-Shabaab. Nous sommes avec le gouvernement kenyan et soutenons ses efforts pour mettre fin à ce calvaire et à la plus large menace du terrorisme. Nos pensées et nos prières vont aux familles des victimes, aux rescapés de l'attaque et aux otages prisonniers à l'intérieur du Westgate. Des actions terroristes comme celle-ci, au Kenya et dans le reste du monde, minent les vraies valeurs et le mode de vie que nous essayons de promouvoir. Ceux-ci renforcent en nous la nécessité de continuer à défendre la paix et la justice. Aussi réaffirmons nous notre engagement pour la paix et une foi qui œuvre pour la justice et que la sécurité de tous les citoyens du Kenya est fondamentale. Nous demandons à nos frères et sœurs du monde entier de rappeler dans leurs prières le peuple de cette grande nation ».   

     

    SENEGAL: les jésuites à Dakar

    La première communauté de jésuites à Dakar, capital du Sénégal, s'installera en ce mois d'octobre, dans le quartier de Mbour. L'événement a été annoncé par l'archevêque de la ville, le cardinal Théodore Adrien Sarr, qui a lancé le projet en 2001. Dans un premier temps, les jésuites ne seront que deux, car la structure qui devra accueillir toute la communauté,  est encore en travaux. Ceux-ci se consacreront surtout à la formation dans le domaine de l'ecclésiologie du Conseil Vatican II et de la doctrine sociale de l'Eglise. Les jésuites au Sénégal ne sont toutefois pas une nouveauté. De 1973 à 1983 un groupe de six jésuites, à la demande de l'évêque de Ziguinchor, Mgr Augustin Sanga, avait dirigé le Collège Saint-Charles Lwanga. Puis la Compagnie de Jésus est partie s'installer dans la région de Tambacounda, dans l'est du pays, pour être aux côtés de la population plus pauvre. Là, les jésuites géraient une paroisse et la fondation du centre culturel Saint-Pierre Claver, qui comprend aussi une grande bibliothèque.

     

    TIMOR EST: Un pas en avant dans l'éducation

    Les jésuites de Timor Est ont fait un pas de plus dans la réalisation du projet Instituto de Educação Jesuíta (Cf. notre Digital News Service no. 4, 19 Février 2013), obtenant 6,7 hectares de terrain juste à côté de leur école. Le premier ministre Xanana Gusmão, le 13 août dernier, devant le Conseil des Ministres, a annoncé le passage de propriété. A cet endroit, où se dressait jadis l'école indonésienne, sera érigé un institut pour la formation des enseignants et une école secondaire intégrée qui s'occupera de technique et de préparation au travail. « C'est une grande nouvelle - a dit le P. Mark Raper, S.J., Supérieur de la Région indépendante de Timor Est - pour tout ce que cette structure nous permet d'offrir aux jeunes de cette nation. Elle nous aidera à répondre à ce dont Timor Est a le plus besoin : d'éducation. Le programme d'études, de même que la construction, est encore en phase de préparation, mais d'ici l'année prochaine  il sera intégré au plan scolaire général. P. Raper a une grande confiance en ce projet, mais il dit que celui-ci « demandera une planification minutieuse et ne réussira  dans es objectifs que si nous sommes capables de trouver des fonds pour le soutenir ».