English   Español   Français  


Pour recevoir ce bulletin avec regularité, merci d’envoyer un e-mail avec le sujet "Subscribe"


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • PDF

    Vol. XIII, N. 20 4 décembre, 2009

    Le Père Général

    Lettre sur la mise en oeuvre de la 35ème Congrégation Générale. Le 13 novembre, fête de saint Stanislas Kostka, le Père Général a envoyé une lettre à toute la Compagnie sur ce qui se fait pour mettre en pratique les recommandations de la dernière Congrégation Générale. Après avoir décrit comment un processus de discernement s'est mis en place à la curie générale, le père Nicolás souligne à nouveau que la planification apostolique requiert de nous, jésuites, un discernement priant, l'absence de tout attachement, et un élan de conversion continue qui nous invite à aller au-delà des préoccupations et intérêts de notre propre province ou région, afin d'embrasser la dimension plus universelle de notre mission. Il ajoute : « Après avoir réfléchi et prié, j'ai retenu pour le Conseil Général cinq thèmes majeurs : le renouveau spirituel, les frontières apostoliques, la collaboration avec les autres, la formation, et la restructuration de la Curie ». À propos de ce dernier point il écrit :

    « Concernant les secrétariats de secteurs apostoliques, j'ai pris les décisions suivantes. Nous conserverons le nombre actuel de secrétariats avec quelques modifications importantes. Trois secrétaires (Éducation Universitaire et Apostolat Intellectuel, Spiritualité Ignatienne, et Justice et Écologie [nouvelle dénomination]) résideront à Rome et opéreront à partir de la Curie. Les trois autres résideront dans leur propre province et travailleront à partir de leur base apostolique ; il s'agit du secrétaire pour l'Éducation Primaire et Secondaire, du secrétaire pour les Communications Sociales, et du secrétaire pour le Dialogue avec les autres religions. En ce qui concerne ce dernier secrétariat, considérant les grandes différences entre les religions et la nécessité d'une présence aux possibilités et aux évènements locaux, j'ai décidé de nommer trois personnes plutôt qu'une seule. Nous aurons donc un secrétaire pour le dialogue avec l'Hindouisme en Inde, un autre pour l'Islam au Moyen-Orient ou en Asie du Sud-est, et un dernier pour le Bouddhisme en Asie orientale. Je réfléchis encore au modèle à donner au dialogue avec le Judaïsme et au dialogue œcuménique. Outre les secrétaires, nous continuerons à avoir à Rome trois délégués pour les apostolats Spéciaux (JRS, CVX, Apostolat de la Prière), qui ne seront plus appelés secrétaires, mais délégués apostoliques. Ils résideront à la Curie Générale et, de même que les secrétaires, ils seront membres du Conseil Élargi. Les secrétaires résidents et les délégués auront leur propre petit Conseil, de trois ou quatre personnes qui les accompagneront dans leur réflexion et discernement ; une de ces personnes au moins sera un Conseiller Général. Ces changements auront lieu dès que des jésuites seront nommés à ces fonctions. »

    Le Père Général termine sa lettre en espérant « que ces changements dans la structure de la Curie nous aideront à mieux gouverner, et donneront plus de flexibilité et d'agilité pour répondre mieux aux signes de notre temps.


    - Du 25 au 27 novembre, le Père Général a participé à la 74ème Assemblée Générale de l'USG (Union des Supérieurs Généraux) ayant pour thème « Justice et culture. Parcours futurs pour la vie consacrée ». Le père Jean Roger Ndombi, conseiller général et assistant régional pour l'Afrique, y a participé les 25 et 26 novembre. Le 27 novembre fut consacré aux thèmes liés à l'organisation et aux élections. Le père Pascal Chávez, Recteur Majeur des Salésiens, a été confirmé comme président et Josep Mª. Abella, Supérieur Général des Missionnaires Clarétains, a été élu comme vice-président. Le père Nicolás a été élu comme membre du Conseil Exécutif et du Conseil des 16 (8 supérieurs et 8 supérieurs généraux, qui se rencontrent périodiquement avec la Congrégation pour la Vie Consacrée et les Instituts de Vie Apostolique).  

     


    A la Curie

    Une lettre de saint Stanislas. Vendredi, 13 novembre, fête de saint Stanislas Kostka, patron des novices jésuites, Mgr Erwin Gatz, recteur du Collège Teutonique (Vatican), a été invité à la Curie Générale. Il souhaitait offrir au Père Général l'original de la lettre par laquelle Stanislas Kostka demandait, le 27 octobre 1567, son admission au noviciat de la Compagnie de Jésus. À cette époque le noviciat romain se trouvait sur le mont Quirinal. Il est probable que, à la fin du 19ème siècle, un des recteurs du Collège teutonique s'est procuré ce document chez un antiquaire.

     


    Nominations

    Le Père Général a nommé :

    - le père Arturo Ernesto Peraza Celis, nouveau Provincial de la Province de Venezuela. Né le 20 novembre 1965, le père Peraza entra dans la Compagnie de Jésus en 1985 et fut ordonné prêtre en 1999. Il fut jusqu'aujourd'hui recteur du Filosofado Ignacio Ellacuria à Caracas et directeur de la revue SIC.   

    - le père Benjamin Crespo, secrétaire régional de langue espagnole pour les deux Assistances d'Amérique Latine. Il remplacera le père Jesús Martínez et le frère Fernando Breilh. Le père Crespo appartient à la province de Pérou, dont il a été Socius du Provincial durant plusieurs années. Il est actuellement supérieur de la communauté de Santiago de Surco, à Lima. Son arrivée à la Curie est prévue pour le 9 janvier 2010. Il passera d'abord quelques semaines à étudier l'italien. Il assurera ensuite la succession des secrétaires en deux temps : avant la Semaine Sainte il remplacera Jesús Martinez (pour l'ALM), et vers la mi-mai, Fernando Breilh (pour l'ALS),

    - le père J. Thomas McClain, nouvel Économe Général de la Compagnie de Jésus. Né en 1949 le père McClain, de la province de Detroit (USA), entra dans la Compagnie de Jésus en 1967 et fut ordonné prêtre en 1977. Il possède une grande expérience aussi bien dans le domaine économico-administratif que dans le domaine pastoral. Il remplacera le père Gerardo Aste en date du 1 juillet 2010. 

     


    Dans les Provinces

    AFRIQUE : Message pour la Journée Mondiale contre le SIDA.

    Le 1 décembre, à l'occasion de la Journée Mondiale contre le SIDA, le père Fratern Masawe, modérateur de la Conférence des Supérieurs Jésuites d'Afrique et Madagascar [JESAM], a envoyé un message aux jésuites du continent africain et Madagascar, les invitant à méditer sur la manière de s'engager ensemble dans la lutte contre le SIDA. Le père Masawe évoque le contexte africain et l'ensemble composite de facteurs qui guident la vie humaine en Afrique. « Le SIDA - écrit-il - ne peut pas uniquement être considéré comme un problème médico-pharmaceutique ou simplement comme une question de changement du comportement humain. C'est une question de développement intégral de la justice, qui demande une approche et une réponse globale de la part de l'Église, faisant partie des grands défis et des problèmes auxquels l'Afrique doit faire face ». Après une analyse de la culture africaine, il continue : « La propagation du SIDA n'est pas seulement liée à la sexualité, mais également à la faim, à la guerre et aux déplacements forcés, à la violence domestique et au commerce du sexe. Qui veut mieux saisir l'impact du SIDA en Afrique doit prendre en considération l'économie, la politique, la vie en société et la culture... L'objectif des nombreux programmes de l'Église - y compris les nôtres - est de vivre ensemble, comme une famille, respectant la dignité de chacun et se montrant solidaires dans le besoin ». Il termine en remerciant ceux qui avec grande générosité se donnent à cet apostolat difficile d'amour et de salut.

     

    ALBANIE : 150 ans du Séminaire Interdiocésain.

    Le 2 août 1859, le Saint Siège reconnut officiellement comme « pontifical » le séminaire albanais de Scutari (Shkodër). Ce séminaire, en fonction depuis quelques années déjà, était chargé de former de jeunes prêtres de langue albanaise pour la région sud des Balkans. Dès le départ, les évêques de l'ancienne région de langue albanaise et la 'Propaganda Fide' décidèrent de le confier aux jésuites qui arrivèrent en Albanie, de Sicile d'abord (en 1847) et de Venise ensuite (en 1850). Au fur et à mesure que les frontières de la nation albanaise se fixaient, l'immeuble s'agrandissait d'une aile supplémentaire. L'arrivée du régime communiste en 1946 contraignit le séminaire à fermer ses portes. En 1992, le retour de la liberté démocratique permit de rouvrir l'institution. La conférence épiscopale rétablie, plaça ce séminaire interdiocésain albanais sous la protection de Marie « Mère du Bon Conseil » et le confia à nouveau à la Compagnie de Jésus. Des générations de prêtres y ont été formées. Bon nombre d'entre eux ont courageusement témoigné de leur foi chrétienne, parfois au prix de leur vie, durant la période de persécution communiste. La célébration de l'Année Sacerdotale coïncide avec les 150 ans du séminaire : cela donne un relief particulier aux festivités prévues. Le jour de commémoration officielle reste à fixer. Une commission, unissant des membres du corps enseignant et de la conférence épiscopale albanaise est chargée de l'organisation.   

     

    AMAZONIE : Un projet de l'Association d'Éducation Radiophonique.

    L'Association Latino-américaine d'Éducation Radiophonique [ALLER] a lancé un projet visant à recueillir des informations intéressantes en vue de promouvoir des politiques publiques favorables au développement durable de la région amazonienne. Six pays sont concernés: le Pérou, la Bolivie, l'Équateur, le Brésil, la Colombie et le Venezuela. Le but est de créer un système inter-connectif reliant 30 stations radiophoniques qui réaliseront des reportages, des articles, des enquêtes et des programmes radiophoniques fournissant des informations sur la situation en Amazonie. Un groupe de communicateurs parcourra en bateau les rivières de l'Amazone, du Napo et de l'Orénoque pour recueillir des informations sur les conditions de vie des populations qu'ils rencontreront. Ainsi la radio deviendra un 'agent de transformation' de la société civile, et grâce à la radio, l'ensemble des citoyens sera informé des problèmes de la région. Le projet sera réalisé en trois étapes (durant 3 ans) et pourra compter sur plusieurs jésuites pour former une équipe itinérante. Ceux qui souhaitent soutenir le projet peuvent contacter Nelsy Lizareazo <nelsy@aler.org> Pour plus d'informations : visiter le site : www.aler.org.      

     

    AMÉRIQUE LATINE : Dix ans de la CPAL.

    Le 27 novembre, la Conférence des Provinciaux de l'Amérique Latine [CPAL], a fêté son dixième anniversaire. Un livret, paru à cette occasion, retrace ses origines, son développement et son engagement actuel dans les différents secteurs apostoliques de la Compagnie de Jésus en Amérique Latine. La CPAL, disait le père Peter-Hans Kolvenbach lors de la quatrième réunion tenue au Paraguay le 30 octobre 2001, « n'est pas seulement une association de supérieurs majeurs qui s'assistent mutuellement par un échange d'idées et d'expériences, ou s'aident réciproquement à travers quelques services qui répondent aux besoins de tous. La CPAL forme une unité, un corps coresponsable avec le Père Général, du gouvernement religieux et apostolique de la Compagnie, particulièrement en Amérique Latine ». Dans un message à l'occasion de cet anniversaire le père Adolfo Nicolás écrit : « Les problèmes de notre temps sont universels et exigent des solutions universelles. Ces réponses communes assument aujourd'hui la forme de réseaux apostoliques, de secteurs multi-provinciaux actifs, de maisons et œuvres communes (particulièrement pour la formation) et d'équipes internationales. Ainsi on institutionnalise une nouvelle manière d'être 'en mission' et de se rendre disponibles pour un travail aux 'frontières apostoliques' comme nous y a récemment invités le Saint Père. Durant ces dix dernières années la CPAL fut un excellent soutien pour avancer dans cette direction »  La CPAL, présidée aujourd'hui par le père Ernesto Cavassa, de la province de Pérou, rassemble 18 unités (provinces et régions) de la Compagnie de Jésus en Amérique Latine et Caraïbes. Cela fait un total de 2710 jésuites, selon les statistiques du 1 janvier 2009.     

     

    CHILI : Congrès sur les jésuites et la 'Mission itinérante de Chiloé'.

    Récemment un congrès s'est tenu au Chili, organisé par l'Université Adolfo Ibáñez, sur « Les jésuites du bout du monde : la mission itinérante de Chiloé à quatre siècles de sa fondation ». Le congrès a examiné comment, dès leur arrivée en 1608, les jésuites ont mené un apostolat missionnaire adapté à l'archipel de Chiloé y développant une forme spéciale d'assistance à la population appelée 'la mission itinérante'. Il s'agissait de longs voyages avec visites annuelles de quelques journées dans chaque village tandis que le reste de l'année la communauté chrétienne était dirigée par le « fiscal », un laïc chargé des besoins spirituels des fidèles et de la gestion de la paroisse. Il était nommé par un jésuite, mais cette nomination devait être approuvée par le gouverneur et recevoir l'assentiment de la communauté chrétienne.  Quand les jésuites quittèrent le pays les missions de Chiloé furent reprises par les franciscains, mais ce système de 'mission itinérante' resta en vigueur jusqu'aujourd'hui. L'archipel de Chiloé, dans le sud du Chili, s'étend du canal de Chacao jusqu'au golfe de Corcovado et inclut l'île de Chiloé, la plus grande île au Chili, après la Terre du Feu. En 2000, l'UNESCO inscrivit 16 des 150 églises de bois au 'Patrimoine de l'Humanité'. Un documentaire, réalisé par Sergio Raczko et intitulé « La mission itinérante, les églises de Chiloé : patrimoine de l'humanité » fut présenté durant le congrès. On peut lire un article sur les églises de Chiloé dans l'Annuaire de la Compagnie : Jésuites 2003 (p.133).

     

    EL SALVADOR : 20ème anniversaire de l'assassinat des jésuites de l'UCA.

    Le 16 novembre 1989, six jésuites - ainsi que leur collaboratrice et sa fille - furent assassinés par un escadron de la mort. De nombreuses initiatives dans le monde entier ont rappelé le vingtième anniversaire de l'assassinat. En voici quelques unes. Au début de novembre, le Congrès des Etats-Unis a approuvé une motion en l'honneur des six jésuites et deux femmes de l'Université Centre-Américaine, et a souhaité que tous, y compris les institutions académiques et les congrégations religieuses, participent aux commémorations de cet anniversaire. Le 16 novembre le président d'El Salvador, Mauricio Funes a conféré aux martyrs de l'UCA, le 'Prix José Matias Delgado', la plus haute distinction salvadorienne. En Italie, la revue Popoli et la Fondation San Fedele ont organisé ensemble (15 novembre) un rendez-vous en trois temps avec, une veillée de prière dans l'église de San Fedele suivie d'une soirée à l'auditorium du centre culturel faite de lectures de textes de Ignacio Ellacuría, et de la projection d'une vidéo avec interventions des Père Michael Czerny et Silvano Fausti. Le 19 novembre, il y eut la présentation du livre de Emanuele Maspoli, « Ignacio Ellacuría et les martyrs de San Salvador ». À Trieste, le 14 novembre, s'est tenue une table ronde organisée par le centre Veritas avec le Centre d'Études pour l'Amérique Latine. Le centre culturel Veritas avait également organisé une exposition photographique retraçant l'histoire de l'assassinat et les évènements qui s'ensuivirent. 

     

    INDE : Des provinciaux jésuites en prière dans un monastère hindou.

    Environ 20 supérieurs majeurs de la Conférence des Jésuites en Asie Méridionale [JCSA], se sont réunis à Konchowki, au sud de Kolkata, pour leur réunion semestrielle. Avec le Provincial de Calcutta, George Pattery, ils ont visité un monastère hindou sis au bord du Gange, à Belur, au nord de la ville. Dipankar Basu, un professeur hindou du Collège St. Xavier (Kolkata), les a guidés. Il fut touché de ce que des prêtres catholiques prient dans un monastère hindou : « Un évènement pareil, dit-il, sera un encouragement pour que des personnes de convictions religieuses différentes modifient leur attitude souvent négative envers les autres religions ». Le matin de même jour, les provinciaux avaient célébré la messe près de la tombe de Mère Teresa de Calcutta et avaient rencontré Sœur Mary Prema, Supérieure Générale des Missionnaires de la Charité.   

     

    ITALIE : La Gueule du Loup.

    La Gueule du Loup est le titre du film, réalisé par Pietro Marcello, avec la contribution de la communauté San Marcellino, une œuvre apostolique des jésuites de Gênes (Italie) au service des sans-abri et des marginaux. Le rôle difficile et délicat de la communauté consistait à décrire la vie des personnes les plus démunies résidant dans la cité ligurienne.  Le 3 décembre le film fut présenté en première au festival de Turin. L'évènement est important car il fait mieux connaître une œuvre sociale de la Compagnie de Jésus en Italie. Pour plus d'informations, visiter les sites : www.bimfilm.com et www.sanmarcellino.it.

        

    ESPAGNE : Nouvelle biographie de François Borgia.

    À l'occasion du cinquième centenaire de la naissance de Saint François Borgia, le père Miguel Lamet a publié une biographie romancée du « duc jésuite », se servant à la fois de  sources historiques et de son imagination. Tout a commencé lorsque le père Lamet trouva un livre ancien, imprimé à Bruxelles en 1680 et signé par Juan de Borgia, troisième fils du saint et son compagnon lors de nombreux voyages et missions officielles. « Il était un observateur idéal pour raconter l'histoire passionnante de son père, comme saint et comme illustre personnalité d'Espagne », dit le père Lamet. Le résultat de ces recherches est un conte qui évoque avec rigueur historique la personnalité polyvalente de saint François Borgia, telle que perçue par son fils - alors ambassadeur au Portugal - auquel le Saint Siège avait demandé ce témoignage. Le livre, paru chez Styria, approfondit les évènements de la vie de saint François Borgia qui, après la mort de son épouse, quitta le monde pour devenir jésuite. Par la suite sa vie fut une suite de surprises et de coups de théâtre, allant des accusations à son encontre par l'Inquisition à son élection comme successeur de Saint Ignace à la tête de la Compagnie de Jésus.

     

    USA : Woodstock lance une nouvelle série de vidéos, podcast et radio.

    Le Woodstock Theological Center a lancé les Woodstock Reflections, une série de réflexions théologiques que l'on peut télécharger sur ordinateur ou iPod. Les réflexions, de 5 à 10 minutes chacune, sont disponibles aussi bien en version vidéo qu'audio, et chaque jeudi un nouvel épisode y est ajouté. Les deux premiers épisodes transmis étaient une réflexion sur la nécessité pour l'Église d'entrer dans le débat actuel sur la réforme du système de santé, et une interview avec le père Raymond Kemp, doyen de Woodstock Theological Center. Il y parle des origines et objectifs de son projet Faith in the City (Foi dans la ville) et de sa mission comme professeur de théologie à la Georgetown University : http://www.woodstockcenter/podcasts/Woodstock_Reflections_Video.xml.

     

    TAIWAN : Universitaires de l'université Fu-Jen parmi les pauvres de Calcutta.

    Le jésuite David Yen, directeur du Fu Jen Catholic University Service-Learning Centre de Taipei informe que cette année également un groupe d'universitaires et professeurs de l'université catholique Fu Jen s'est mis au service de la maison des moribonds de Calcutta, en Inde, fondée par la bienheureuse Mère Teresa . Depuis un certain temps déjà  l'université catholique de Taiwan organise chaque année un séjour similaire en Inde, en Mongolie, au Cambodge et en d'autres lieus, y compris à Taiwan même, où se trouvent les plus nécessiteux. Le but de cette expérience de don de soi est d'aider les universitaires à développer en eux la 'personne pour les autres' et parmi les autres : « Faire de petits gestes avec grand amour ». Les jeunes et leurs professeurs ont sacrifié leurs vacances pour rendre ce service. Parmi eux il y avait des prêtres, des religieux/ses et des laïcs ; des professeurs de la faculté de Droit, de Psychologie, d'Administration Publique, et de Médecine. Tous, pendant à peu près une semaine, se sont transformés en bénévoles dans la maison fondée par Mère Teresa : ils ont lavé les moribonds, se sont promenés avec les handicapés, ont fait des vaisselles, dessiné des vêtements pour les femmes. Selon eux, « comme tous ceux qui sont passés par ici, nous avons fait l'expérience personnelle de ce que veut dire 'rencontrer des anges' ».  

     

    ZAMBIE : Campagne contre la corruption.

    En Zambie, une campagne contre la corruption a été lancée par le Jesuit Centre for Theological Reflection en collaboration avec deux autres organisations catholiques, Caritas Zambia et Civil Society for Poverty Reduction. Les trois institutions ont impliqué 16 autres organisations civiles dans une campagne lancée 6 semaines après l'acquittement par la Cour Suprême de l'ex-président Frederick Chiluba qui y était accusé de corruption, d'appropriation de fonds publics et d'abus de pouvoir. La campagne veut encourager les zambiens à la désobéissance civile et libérer le pays du « pénible spectacle de l'injustice et de la corruption ».

     


    Nouveau sur SJWEB

    Une série de diapositives du voyage du Père Général en Slovénie. Pour les visualiser : http://www.sjweb.info/ss/index.cfm.