English   Español   Français


Pour recevoir ce bulletin avec regularité, merci d’envoyer un e-mail avec le sujet "Subscribe"


Nouvelles - liens


  • Versione Italiana
  • Archive des bulletins prècedents
  • Headlines de l'apostolat social


  • Pages web des Conférences Régionales


  • Jesuits in Africa
  • Jesuits in Canada and USA
  • Noticias de la CPAL-SJ
  • Jesuits in Europe
  • Jesuits in Asia Pacific
  • Jesuits in South Asia


    Dispatches from JRS

    a twice monthly news bulletin from the JRS International Office |More»


    In All Things

    the editorial blog from America magazine | More »


    Thinking Faith

    the online journal of the British province | More »


    Eureka Street

    public affairs, international relations, the arts and theology; from Australia | More »


    Ecology amd Jesuits in Communication

    Seeks to sustain a greater awareness of Jesuit people in ecology and advocacy efforts
    | More »


  • Nouvelles

     


    L’Europe est traversée par des forces de repli, de peurs, d’exclusions mutuelles
    (25-Sep-2018)

    À la fin du Consiglio allargato

    Le Conseil élargi du Père Général s’est réuni en début septembre. À cette instance participent les présidents des Conférences jésuites. Nous avons posé trois questions à chacun d’eux. Nous poursuivons la publication de leurs témoignages.



    Franck Janin – Europe (JCEP)

    Dans votre service en tant que Président de la JCEP, qu’est-ce qui a été, jusqu'à présent, votre principale source de "consolation" ou de joie ?

    Cette première année comme président de la Conférence d’Europe fut une année de découverte. Une grande partie de mon temps consista à participer aux rencontres des réseaux de collaboration (une vingtaine) qui existent entre les Provinces et Régions. Ce qui m’a particulièrement réjoui et consolé fut de voir tous ces compagnons – et aussi, pour certains réseaux, leurs partenaires dans la mission – venus de toute l’Europe, entrer en dialogue, partager leurs expériences, envisager des projets communs. La Conférence européenne est marquée par une grande diversité de pays, de langues, avec des histoires parfois difficiles. Ce que nous pouvons bâtir comme pensée et action commune est d’une importance capitale alors que l’Europe est traversée par des forces de repli, de peurs, d’exclusions mutuelles. La Province du Proche Orient fait aussi partie de notre Conférence. L’idée que les conflits d’intérêts peuvent dégénérer en conflits meurtriers ne doit jamais être sous-estimée.

    Dans le contexte de votre conférence, quel sont les principaux défis auxquels vous serez confronté au cours des prochains mois ?

    Dans ce sens, un des défis majeurs de notre Conférence est de continuer à bâtir une vraie union des cœurs et des esprits entre nous. Il est clair que, religieux ou pas, nous sommes influencés par les conditions socio-politiques dans lesquelles nous vivons. Ce qui tend à entamer la compréhension et l’unité entre nations ou régions rejaillit aussi sur nos relations entre jésuites. Notre mission lors de la 36ème Congrégation générale a été confirmée avec force comme une mission de réconciliation. Être crédible dans ce ministère de la réconciliation présuppose que nous ne cessions de travailler à bâtir la communion entre nous. La restructuration des Provinces, qui est aussi un défi en cours dans la Conférence, peut être une opportunité pour ouvrir nos frontières et dépasser nos particularismes et nos peurs réciproques. Nous aborderons bientôt entre supérieurs majeurs la question de nos Centres de formation. Les rendre toujours davantage « européens » est aussi un défi.

    Qu’est-ce que vous vous rappellerez surtout de votre participation au Consiglio allargato du Père Général, en relation avec le processus de définition des préférences apostoliques universelles ?

    Durant ce Consiglio Allargato, nous avons entendu de nombreux témoignages sur des situations critiques de notre monde. Cette contemplation du monde, directement liée à ce que propose saint Ignace dans les Exercices spirituels avec la contemplation de l’Incarnation, est clef dans ce processus de discernement de nos préférences apostoliques universelles. Ignace affirme que c’est en contemplant le monde dans son besoin d’être « sauvé », que la Trinité a pris la décision que le Fils se ferait homme. Aussi, je garderai au cœur les banlieues de Naples, l’exploitation des peuples et de la nature en Amazonie, les enjeux politiques et économiques supranationaux qui nourrissent partout les guerres comme en Syrie, les défis d’une réconciliation que nous souhaitons alors que les conflits, qu’ils soient ouverts ou larvés, semblent ne jamais devoir finir… Souhaitons que cette contemplation nous rende capables de faire les choix qui s’imposent tout en sachant que notre « petite Compagnie », tout en ayant bien des ressources, ne peut qu’être humble et compter surtout sur la grâce de Dieu.


    Brief News Archives